English Version
Recherche d'articles : Publier Votre Article
> Il y a trente ans, l'enlèvement d'Aldo Moro <
Publiée le 3/12/2008 Par Roland Bernard
Le 16 mars 1978  le chef de la démocratie- chrétienne italienne Aldo Moro est enlevé puis exécuté par le groupe terroriste d'extrême gauche des Brigades rouges. Retour sur cet épisode tragique des années de plomb italiennes.

Professeur de droit pénal et médiateur de talent, Aldo Moro, né le 23 septembre 1916, était un homme politique italien de premier plan qui a exercé la fonction de Président du conseil des ministres de la République italienne à cinq reprises entre 1963 et 1976. Son enlèvement par les Brigades Rouges et son assassinat ont fortement marqué les esprits dans un pays alors en proie à de grandes difficultés politiques et socio-économiques.

Une carrière politique d'exception

La carrière politique d’Aldo Moro est née dans les Jeunesses Universitaires Fascistes. Professeur de droit pénal à la faculté de jurisprudence de l'université de Bari à partir de 1940, en 1941 il rejoint et devient président de la FUCI (Fédération Universitaire des catholiques italiens). Après la Seconde Guerre mondiale, Moro est  élu à l'Assemblée Constituante.

Partisan et acteur du Compromis historique italien

Pendant les années 1970, à une époque de grave crise économique, politique et sociale en Italie, Moro rejoint le projet de Compromis historique d'Enrico Berlinguer. Ce dernier qui est alors le dirigeant du Parti communiste italien (PCI) propose une alliance entre les communistes et les démocrates-chrétiens.

Moro, aux commandes de la Démocratie chrétienne, est l'un de ceux qui contribuent à former un gouvernement de « solidarité nationale ». Il devient alors une cible de choix pour les groupuscules et factions extrémistes qui parsèment la péninsule.

Un enlèvement sanglant

Le 16 mars 1978, il est enlevé en plein Rome par des membre des Brigades rouges (BR). Les assaillants ne font pas dans la dentelle. Ils bloquent le convoi de voitures dans lequel se trouve Aldo Moro et assassinent les cinq gardes du corps de l’homme politique pour s’emparer de lui.

Ces Brigades rouges (Brigate Rosse) sont un groupe terroriste d'extrême gauche italienne, pratiquant ce qu'ils appellent la « propagande par le fait ».  D’après terrorwatch.ch, les BR qui ont mené de nombreuses actions spectaculaires et meurtrières durant les années 70 sont responsables de 72 des 128 homicides causés par l'extrémisme de gauche italien entre 1976 et 1982.

Le gouvernement refuse de céder


Les Brigades rouges proposent d’épargner la vie de Moro en échange de la libération de plusieurs compagnons emprisonnés. Au cours de sa détention, il est suggéré que certains dans les services secrets ou l'appareil d'État savent où se situe le lieu de détention. Les responsables de l’état italien refusent de céder.

Après une détention de 55 jours pendant lesquels il envoie plusieurs lettres à sa famille, à ses collègues, à ses amis et même au Pape Paul VI,  Moro est assassiné à Rome ou dans les environs.

Exécuté

Son corps sans vie est retrouvé le jour même de son exécution dans le coffre d'une automobile. Aldo Moro a été abattu d'une balle dans la nuque.  Dans une de ces missives il écrivait : " Si vous n'intervenez pas, une page terrifïante de l'histoire italienne sera écrite. Mon sang retomberait sur vous, sur le parti, sur le pays... Que la sentence soit appliquée dépendra de vous. Si la pitié l'emporte, le pays n'est pas perdu. "

Polémiques et suspicions

La capture de Moro, la cause et les méthodes de son assassinat ne sont toujours pas claires, en dépit de plusieurs procès et de nombreuses enquêtes. Certains ont même envisagé que les lettres de Moro comportaient des messages codés à l’attention de sa famille et de ses collègues.

Les terroristes ont-ils été manipulés?

D’autres ont suggéré que les Brigades rouges avaient été infiltrées ou manipulées par les services secrets américains. Cette théorie se base sur le fait que l'effort fourni par Moro pour intégrer des communistes au sein du gouvernement ne rencontrait pas l'approbation des États-Unis. Ce qui serait confirmé par des récents témoignages (On peut voir à ce sujet la fin de l’article consacré à Aldo Moro sur Wikipédia).

Il semblerait également que l'Union Soviétique ait apporté un soutien logistique aux Brigades Rouges : plusieurs de leurs membres auraient séjourné clandestinement en Tchécoslovaquie pour y suivre un entraînement.

Mario Moretti

L’enquête qui suit le meurtre d’Aldo Moro aboutit à l’arrestation de Mario Moretti, né en 1946 à Porto San Giorgio dans la région de Marches en Italie. Il est le principal dirigeant d’une seconde version des Brigades rouges. Les leaders historiques, Alberto Franceschini et Renato Curcio, ont en effet été arrêtés en 1974 et condamnés à dix-huit ans de prison.

Mario Moretti, quant à lui, est condamné à la prison à vie. Après 15 de prison, un régime de semi-liberté lui a été accordé en 1998.

L’Italie des années de plomb

Les BR, nées de la radicalisation de groupes d'extrême gauche après mai 1968, prônant l'idéologie marxiste-léniniste, s'enfoncent peu à peu dans la clandestinité et le terrorisme.

Rien qu'en 1978 on compte en Italie au moins 638 actions armées révolutionnaires, dont 106 menées par les BR  qui mènent 25 exécutions. Finalement, de 1969 à 1986, il y aura plus de 14600 attentats, 415 morts et 1180 blessés.

La France, refuge provisoire

Au cours des années 1980, de nombreux membres des Brigades rouges et d'autres groupes terroristes ont pu se réfugier en France au nom de ce qu'on a appelé la «doctrine Mitterrand». Le président français, avait en effet stipulé, hors forme légale, que sous réserve de ne pas se servir de leur refuge en France comme base arrière pour des actions violentes, ils avaient la garantie de ne pas être extradés. Selon certains, cette attitude aurait contribué à apaiser la tension en Italie.

Extraditions

Aujourd’hui, certains fuyards condamnés par contumace en Italie sont extradés par la France. Cela a été le cas à l’été 2007 avec l’arrestation de Marina Petrella une ancienne membre des Brigades rouges. Cette femme a en effet été condamnée le 6 mars 1992 par la cour d’assises de Rome à la réclusion à perpétuité pour homicide sur agent de la force publique, tentative de séquestration et d’homicide, séquestration d’un magistrat, vol avec arme et attentats dans le cadre du procès Moro.

Cet article est également en ligne sur le site Evenemonde.info

Sources : Wikipédia ; brigaterosse.org ; terrorwatch.ch ; archivescommunistes.chez-alice.fr  ; emarrakech.info

Bonus Les communiqués des brigades rouges

Mon sang retombera sur vous , livre recueil des lettres écrites par Aldo Moro

Vidéos

Reconstitution de l’enlèvement (Youtube) ; la découverte du corps (archives radio-canada)

En savoir plus
3 livres :  Armes et bagages ; Brigades rouges ; L'Affaire Moro
 Commentaires : Publier Votre Article
 Ajouter un commentaire :
Nom (ou pseudo) :
Email :
   * Adresse non affichée avec votre message.
Titre :
Commentaire :
Autre articles
Quand est-ce que le Viagra deviendra moins cher?
 Par Chris Lawrence, Date : 7/11/2008
1er mai : Une histoire de sectes symboles ?
 Par Roland Bernard, Date : 4/30/2008
Le point de depart (Bienvenue dans la nouvelle technologie de l’électricité)
 Par Tchappi Lana Cédrick, Date : 3/27/2008
Les Petits Genies
 Par Lydia Mary, Date : 5/12/2008
Mac OS® X Leopard, Les Nouvelles Fonctionnalités ...
 Par Malek Chtioui, Date : 6/13/2007
Top 5
Déblocage Nokia gratuit (Free Nokia Unlock)
 Par xcess, Date : 2/23/2007
Planter un avocatier, Tout ce qu'il faut savoir.
 Par Malek Chtioui, Date : 4/22/2007
Tout savoir sur la conception d'un bébé
 Par Houda Mansour, Date : 6/10/2007
Le Milieu du cycle (Tout savoir sur la conception d'un bébé P2)
 Par Houda Mansour, Date : 6/10/2007
Comment Restaurer/Reformater votre Téléphone NOKIA (Mobiles Nokia Série 60)
 Par James, Date : 2/22/2008