English Version
Recherche d'articles : Publier Votre Article
> Le Rythme, Marque Déposé et Symbole de l'Africain <
Publiée le 4/30/2008 Par Bocandé Edu
Les Africains, c’est bien connu ont le sens du rythme. C’est tellement évident que ce mot a même revêtu une connotation érotique, pour ne pas dire carrément sexuelle. Fort de cette pulsion qui procure à coup sûr du plaisir, beaucoup de musiciens de notre vieux continent se contentent de produire des chansons bien rythmées, en guise de chef d’œuvre.

« L’émotion est Nègre, la raison est Hélène  » disait le président poète Senghor !

Passé cette desc*r*i*p*tion sommaire de ce que l’homme noir peut produire, ce concept a fort heureusement été rapidement démoli par nos célèbres ambassadeurs ; Ella FITZGERALD, sublime dans les ballades, a démontré que l’espace et l’utilisation du temps (au sens musical) sont malléables à l’infini. Myriam MAKEBA « suspend » l’orchestre sur un arbre pour que sa voix puisse se projeter avec une douceur et des nuances qui vous transportent dans l’univers. Quant aux instrumentistes virtuoses comme Charlie PARKER, John COLTRANE, pour ne citer qu’eux, lorsque vous reprenez leurs thèmes, il est préférable de se munir d’une partition et de laisser vos (bas) instincts à leur place.

On en arrive à un premier constat : orchestrer et coordonner un groupe de musiciens ne se fait pas toujours de façon aussi automatique qu’on le pense, y compris chez les « Blacks »:lorsque personnellement je fais la mise en place d’un morceau, je suis intransigeant sur les nuances (piano par ci, fortissimo par là, anticipation, retard etc…) et ai constaté chez bon nombre de mes collaborateurs qu’ils sont habités par ce que j’appelle : le Démon du tempo.

Ce démon là produit un malaise qui est d’autant plus profond qu’il s’attaque aux points les plus sensibles de l’être Humain : l’orgueil, le nombrilisme…Une seule personne, emportée par son émotion (encore ce mot !) peut déstabiliser un orchestre de 40 individus, sous l’effet d’une transe incompréhensible. Comme la plupart du temps le public se satisfait d’un moindre mal, l’affaire se règle plus ou moins discrètement sur scène, à condition que celui qui a fauté rétablisse un équilibre entre son cerveau et …le reste.

Parlons maintenant des Toubabs (Les Blancs en langue Ouolof). Comme la plupart d’entre eux ne savent point danser nos musiques bien chaloupées, il y a un préjugé tenace qui consiste à penser que pour faire notre musique avec toutes ses racines, il vaut mieux rester « entre Blacks » ! C’est une pensée qui est d’autant plus destructive que les œuvres les plus réussies de notre siècle se sont imposées grâce au mélange des deux mondes, Nègres et Helléniques. Il ne s’agit plus ici de savoir si la composition de l’orchestre est constituée de personnes qui ont la même couleur de peau : il s’agit de travailler avec des gens qui ont transcendé leur limites, leur culture, leur héritage, et qui projettent une image qui est difficile à mettre en boite. Pour vous en convaincre je vous invite à aller sur le site du Béninois Lionel LOUEKE ( http:www.lionelloueke.com) qui m’a affirmé être vraiment à l’aise avec ses deux collaborateurs de race Caucasienne ( http://fr.youtube.com/watch?v=FZh7tNsyCuw )

De toute évidence la pratique de l’art transcende les clichés primaires ; savoir danser parce qu’on est très tôt initié à la liberté des mouvements du corps ne décerne pas le titre de musicien.

Venons en maintenant à ces percussions qui inondent certains types de musique, jusqu’à saturer l’oreille… Personnellement, je me demande comment on peut nuancer son jeu dans un tel brouhaha ! Il m’est arrivé d’être confronté à ce type de situation, et j’ai réglé la question, pédale de guitare multi effets à l’appui, en faisant de la surenchère dans les décibels ; les conflits et les prises de tête sont garantis bien que chacun avale ses couleuvres, car aussi incroyable que cela puisse paraître, le rythme qui assomme l’esprit et le corps a de nombreux adeptes en Afrique. Je me plie alors au contexte et ne pense qu’à une chose : boucler la prestation et toucher mon cachet.

Ceux qui profitent de cette situation absurde sont les grands décideurs : en confinant l’Africain dans son rôle exotique, ils panachent les festivals d’été avec ce cliché ethnique, pour bien faire la différence avec la vraie musique. Mais comprenons nous bien : je ne dis pas que les percussions ne génèrent pas de musique ; je dis qu’Elles sont souvent utilisées de façon désastreuse. N’importe quel batteur formé dans les écoles spécialisées vous dira qu’il a reçu aussi une formation de vibraphoniste pour justement, apprendre à faire sonner ses peaux et générer des sons qui savent se marier avec des instruments mélodiques. Là aussi, nous avons fort heureusement des artistes contemporains (Fela Anikulapo Kuti, Salif Keïta…) qui savent doser la transe…et rétablir l’équilibre.

Comme Martin Luther King et Aimé Césaire, j’ose rêver d’un monde où le RYTHME obtiendra la noblesse Hellénique.

Edu Bocandé

http://www.edubocande.com
 Commentaires : Publier Votre Article
 Ajouter un commentaire :
Nom (ou pseudo) :
Email :
   * Adresse non affichée avec votre message.
Titre :
Commentaire :
Autre articles
Une soirée Sacrifice et seins nus chez SONY. Lancement de God of War II.
 Par Malek Chtioui, Date : 5/27/2007
Port El Kantaoui, Tunisie
 Par Xcess, Date : 1/23/2007
Les disques durs des portables vont mieux garder nos secrets
 Par www.01net.com, Date : 4/1/2007
Liste des sites ayant un PAGERANK 10 (PR10)
 Par Malek Chtioui, Date : 5/5/2007
Adobe : failles critiques dans le contrôle ActiveX du PDF
 Par Vincent Hermann, Date : 12/1/2006
Top 5
Déblocage Nokia gratuit (Free Nokia Unlock)
 Par xcess, Date : 2/23/2007
Planter un avocatier, Tout ce qu'il faut savoir.
 Par Malek Chtioui, Date : 4/22/2007
Tout savoir sur la conception d'un bébé
 Par Houda Mansour, Date : 6/10/2007
Le Milieu du cycle (Tout savoir sur la conception d'un bébé P2)
 Par Houda Mansour, Date : 6/10/2007
Comment Restaurer/Reformater votre Téléphone NOKIA (Mobiles Nokia Série 60)
 Par James, Date : 2/22/2008